ARCHITECTURE


PAUL TISSIER, ARCHITECTE


Paul Tissier entre à l’École des Beaux-Arts dans l’Atelier de Pierre André en 1904 et en sort diplômé en 1910 après un parcours sans grande originalité. Il échoue aux secondes épreuves du Prix de Rome. Bien que très fidèle à son école, sa pratique n'est pas particulièrement marqué par l'académisme. S'il reste profondément classique dans son écriture, il l'a fait volontiers évoluer au gré des réalités de son époque.

Cette architecture progressiste passe par diverses influences du classicisme de Perret au régionalisme ou encore l'Art-déco. Dans le cas du régionalisme, Tissier fait plus que simplement s'aligner, il donne au mouvement des types nouveaux, il lui apporte les formules qui feront plus tard son succès.

Au-delà de la question du style l'originalité du travail de Tissier porte aussi sur une réflexion sur les rôles de l'architecte. Remettant en cause les habitudes de la profession que ce soit les choix offerts au client, l'intégration des éléments apportés par le progrès technique en terme de conception : pré-fabrication, modularité, etc. Il s'agit bien au final de s'interroger sur la place de cette profession dans la production générale de la construction, son principe artistique mais aussi sa commercialisation.

Marqué par une grande simplicité dans l'équilibre des volumes, l'efficacité des typologies et l'ingéniosité des dispositions intérieures, son architecture mérite un intérêt également pour ses qualités intrinsèques. Tissier n'a, hélas, pas eu beaucoup de constructions à son actif et c'est essentiellement au travers d'une architecture de papier que nous percevons les conceptions audacieuses qu'il avait formulé souvent trop tôt pour son époque. Toutes ses qualités de dessinateurs se retrouvent dans des rendus souvent virtuoses et d'une efficacité remarquable.